Publié le 24/05/2022

Comment intégrer le CPF dans sa politique de formation ?

Le CPF a été établi pour servir aussi bien l’intérêt des entreprises que celui des salariés. D’une part, il décuple la productivité interne. D’autre part, il assure la montée en compétence. Pourtant, rares sont les salariés qui s’engagent dans une démarche de remise à niveau en utilisant le dispositif. Les entreprises, quant à elles, lui montrent beaucoup de désintérêt. Dans le cadre d’un accord gagnant, les 2 parties peuvent travailler en synergie et s’entendre sur une mobilisation du dispositif.

Petite piqûre de rappel sur le CPF

Le CPF, ou le compte personnel de formation, a remplacé le Droit Individuel à la Formation (DIF), mais en quoi diffère-t-il de son équivalent ?

Qu’est-ce que le CPF ?

Le dispositif de financement public de formation appelé Compte Personnel de Formation ou CPF s’adresse aux salariés. Leur offrir la possibilité de suivre une formation qualifiante, tel est son objectif.

Entré en vigueur le 1er janvier 2015, le CPF est crédité en euros, s’il était auparavant alimenté en nombre d’heures. Un versement à hauteur de 500 euros dans le compte (et de 800 euros pour les cas particuliers) a lieu tous les ans. Le solde est néanmoins soumis à un plafond de 5000 euros (8000 euros pour les cas particuliers). La somme cumulée servira de financement aux formations éligibles au CPF, c’est-à-dire, aux formations enregistrées au RNCP (Répertoire national des certifications professionnelles).

Comment fonctionne le CPF ?

Le CPF (Compte personnel de formation) incarne le droit à la formation professionnelle des employés. Il mobilise la responsabilité individuelle de se former en vue d’assurer et de consolider son employabilité dans un marché professionnel évolutif.

Avant, les entreprises ne pouvaient pas abonder le compte personnel de formation de leurs salariés. Depuis septembre 2020, les 2 parties prenantes peuvent convenir d’un accord sur sa stratégie d’usage. Les entreprises peuvent suggérer à leurs salariés un projet de collaboration centré sur le CPF. Toutefois, la décision finale d’usage du compte appartient à l’employé. Celui-ci peut en disposer comme bon lui semble et l’utiliser pour financer les formations de son choix.

Comment accéder à son CPF ?

Une création de compte sur le site www.moncompteactive.gouv.fr est indispensable. La réception d’un email de validation confirme le succès de l’opération. Au terme de la validation, les connexions prochaines nécessiteront le numéro de sécurité sociale ainsi que le mot de passe du salarié.

Le compte s’ouvre sur une pluralité de fonctionnalités. Il révèle en temps réel le solde disponible. Il raccourcit les recherches de formation et met en lumière leur modalité de financement. Il établit un état des lieux du statut des demandes de financement en cours. Il facilite la réservation ainsi que le paiement d’une formation sans passer par un intermédiaire.

 

Tour d’horizon sur la politique de formation en entreprise

L’enjeu pour l’entreprise est d’assurer l’épanouissement professionnel des salariés. Cet objectif justifie la mise en place d’une politique de formation.

Qu’est-ce qu’une politique de formation ?

Toutes les entreprises, tous secteurs confondus, sont soumises à une obligation légale de formation. D’autant que la pratique est le premier pas vers la prospérité économique de leur activité, d’où la nécessité des actions de formation.

L’établissement d’un programme de formation adapté aux besoins des collaborateurs engage la mise en place d’une politique de formation. Elle implique un plan d’action en harmonie avec la stratégie globale de l’entreprise.

 

La politique de formation comporte :

  • des objectifs spécifiques ;
  • des modalités d’organisation ;
  • un budget bien défini.

 

Elle succède à une enquête du personnel qui ressortira leur réel besoin en formation. Elle s’achève sur un plan de développement des compétences, un chiffrage et une évaluation des résultats.

Quels sont les avantages d’une politique de formation ?

Mettre en place une politique CPF de formation soulève un double avantage. Du côté du salarié, les actions de formation sont un bénéfice intellectuel. En plus de gagner en connaissances, l’employé accroît son potentiel. La formation représente une récompense à son investissement et son travail.

Du côté de l’employeur, la politique de formation favorise le regain d’activité. L’accroissement des compétences booste la productivité. Un salarié épanoui s’investit plus dans son travail. De plus, la politique de formation entretient l’image de marque. Elle intensifie le rayonnement social d’une entreprise dans l’univers de l’emploi. Elle constitue un solide argument dans les campagnes de recrutement.

Comment intégrer le CPF dans sa politique de formation ?

Le CPF est un levier du développement des compétences. Voici les démarches pour intégrer le dispositif dans une politique de formation.

Convenir d’un accord de cofinancement

L’article L6323-11, alinéa 5 du Code du Travail montre comment intégrer le CPF dans sa politique de formation. D’après la loi, l’opération résulte d’un accord entre les 2 parties dans le but de mobiliser le CPF. L’employeur s’engage à prévoir différentes modalités de co-investissement. L’entreprise peut aussi autoriser le salarié à suivre des séances de formation durant son temps de travail. Elle peut également contribuer au cofinancement et abondement du CPF d’une formation spécifique, dont le montant excède le solde du CPF du salarié.

Le collaborateur, par la mobilisation de son compteur CPF, participe aussi au financement.

L’objectif de la convention est de coïncider la politique de développement de compétences de l’entreprise aux ambitions de formation des employés.

Accompagner les salariés dans leur usage du CPF

Co-construire le CPF avec ses collaborateurs demande une communication efficace. Certes, les salariés restent décideurs de leur CPF. Cependant, les entreprises peuvent jouer le rôle de conseiller et les guider sur les compétences à renforcer et celles à développer.

De peur d’une manipulation, certains employés refusent toute forme d’utilisation de leur CPF pour le compte de l’entreprise. L’employeur essaie, dans ce cas, de les convaincre de son usage.

Communiquer auprès des salariés reste le meilleur moyen de persuasion. L’interaction adopte la forme d’un partage d’informations ou d’un atelier centré sur la thématique du CPF.

En tant que porte-parole de l’entreprise, les managers jouent un rôle décisif dans l’affaire. Leur mission est de sensibiliser les employés sur la nécessité d’une formation et d’assurer l’accompagnement des collaborateurs dans leur initiative de montée en compétences

Faire une dotation dans un projet particulier

Le financement par les entreprises d’une part de la formation des salariés se passe sur la plateforme EDOF (Espace des organismes de formation). Il s’agit d’un espace spécifique rattaché à Mon Compte Formation réservé aux employeurs. Il se destine au transfert des fonds.

 

La loi avance 4 types de dotations, dont 2 obligatoires et 2 volontaires :

  • la dotation volontaire ;
  • les droits supplémentaires ;
  • les droits correctifs ;
  • la dotation salariés-licenciés.

 

La dotation volontaire se traduit par l’augmentation pure et simple du budget global du salarié pour le financement de son projet de formation.

Retrouvez tous nos articles en lien avec la formation pour les entreprises ici.

Partager :
Nouvelles offres, événements, actualités importantes…
Inscrivez-vous à notre Newsletter, et recevez nos nouvelles offres :
Les derniers articles
Ces articles peuvent aussi vous intéresser